Adoptée de Roumanie en Belgique – 30 ans

Qu’est ce qui t’a amené à découvrir, faire ou vouloir utiliser ce don/ cette compétence/ cette initiative/ ce projet / ce média… ?
J’ai été dans le silence durant 25 ans. A présent ce silence éclate tant au sens propre qu’au sens figure. J’ai été dans une sorte de déni et de honte pendant toutes ces années. Il est temps à présent d’assumer entièrement mon histoire.

Quel lien y vois-tu avec ton histoire ou ton parcours de personne adoptée ?
Ecrire ce blog me permets d’extérioriser tout ce que je n’ai pas dit durant 25 ans. Adoptée à 3 ans, j’ai directement bâti un mur lors de mon arrivé en Belgique. Je voulais être comme tout le monde, cela passait par le silence de mon histoire. Ce blog permet de partager mon histoire, mes sentiments, mes émotions, montrer qu’à présent j’assume pleinement mon histoire.

Entrant dans la voix des adoptés, je me suis directement sentie moins seule. Les personnes parlent de leur histoire, comme dirait-on à cœur ouvert malgré leur blessure intérieur. Via ces échanges, une prise de conscience s’est réalisée. J’ai ma propre histoire, pourquoi ne pas la partager, ne serait-ce pas un bon moyen de m’accepter moi-même ? L’écriture est l’un de meilleur moyen thérapeutique, c’est pour cette raison que j’ai décidé d’en faire un blog pour y déposer tout ce qui si lourd en moi.

Ton message à faire passer ?
Le cœur a ses raisons que la raison ignore. Dans ce type d’histoire, c’est notre cœur qui nous guide sans même que la raison par moment puisse comprendre les choses.
Nous devons nous protéger un minimum pour ne plus recevoir de « coups ».

Céline nous partage par son blog son expérience consacré à son retour aux sources.

L’enfant adopté à une histoire…

Retrouvez son blog
Son blog Témoignage

Comme le dit si bien le titre, l’enfant adopté a une histoire. Celle de chacun est unique mais au fond, chacune d’elles se ressemblent.

Beaucoup d’entre nous avons ce besoin vital de retrouver nos racines, savoir d’où l’ont vient, à qui nous ressemblons, pourquoi « moi », et j’en passe !

Toute notre vie, nous sommes confrontés à des différences, certaines lourdes, et d’autres un peu moins. Mais nous devons apprendre à vivre avec. Ce n’est pas pour autant que nous oublions notre histoire. Elle est ancrée en nous, bien plus profondément qu’on puisse l’imaginer.

Certaines enfants adoptés peuvent en parler librement, pour d’autre par contre cela est plus difficile. Je rentre dans la deuxième catégorie. Durant 28 ans, j’ai fait un déni total de mon adoption, du moins c’est ce que je montrais, je ne voulais guère en parler, car cela soulignait la différence avec les autres personnes qui m’entouraient. Je gardais tout en moi, mais depuis toute petite j’avais l’idée en tête de les retrouver un jour. Dans un premier temps j’avais le souhait de retrouver d’abord ma soeur, pour continuer avec mes frères et pour finir avec me parents biologiques.

15940436_236235636821564_763172105312655346_n
Décembre 1990 – Bucarest  – 2 ans et 11 mois

J’ai commencé mes recherches en septembre 2011 et se sont achevées en février 2016.

Concernant mes parents biologiques, j’ai pris conscience de cela il y a peu. Pendant mes recherches, tout se passait dans l’inconscient. Je n’avais aucun souhait les concernant mis à part recevoir des réponses aux questions que je me posais depuis 25 ans. J’ai réellement cru que cela se limiterait à cela. Et bien non ! Tout ce qui était enfoui durant mon enfance a refait surface, angoisse, tristesse, colère, haine, mais aussi de l’amour… et un certain désir de les connaitre et de les voir. Cela passe également par l’ouverture d’esprit concernant le pays, la culture, la musique, etc.

29994502_423052004806592_457713910_o
Décembre 1990 – Bucarest  – 2 ans et 11 mois

Je ne comprenais pas ce qui passait dans ma tête, j’était complètement déboussolée, je fonctionnais comme un robot. J’y ai mis ma santé en péril, tellement que le psychologique en a pris un coup.

Avec l’aide de mon entourage et de mes thérapies, j’ai pu enfin avancer, comprendre mes émotions et surtout de pouvoir les accepter.

Voilà où j’en suis aujourd’hui. Beaucoup de personnes sont fières des progrès que j’ai pu faire durant ces deux dernières années.
Ce sont encore des mots que j’ai difficile à entendre mais doucement je commence à les accepter.

A présent, je désire partager mes ressentis, mes émotions, mes voyages et cela passe par ma passion de la photographie.

Vous aurez de manière régulière les dernières informations, les dernières photos ou autres, consacrés essentiellement à mes voyages. Il y a un voyage qui se profile pour le mois d’aout 2018.

 

 

Céline nous partage aussi par son blog son univers, ses réalisations photos

Un silence, une émotion, un cliché

Depuis quelques années à présent, j’utilise ce moyen de communication qui est la photographie. Au travers de la photo, j’exprime ce que je ne peux sortir verbalement. J’y dépose toute sortes d’émotions, tristesse, joie, amour, colère, …

A présent, un petit personnage m’aide d’avantage à y déposer toutes ces émotions citées ci-dessus et ce depuis 2 ans.
Pourquoi deux ans ? Il y a deux ans j’ai retrouvé ma famille biologique. Ce petit personnage que l’on m’a offert il y a quelques années est devenu l’un de mes meilleurs amis. Je lui ai même trouvé un petit prénom « Boxy ». Une copine, Kessy, est venue se joindre à lui pour apaiser sa solitude, sa douleur et trouver une sérénité.

Je vous laisse le plaisir d’y découvrir la galerie.

Retrouvez ses photos
Son blog Photos